LE RENARD INSTRUIT

Il était une fois un renard qui s’était beaucoup instruit et qui passait une grande partie de son temps un livre entre ses pattes.

Tous les autres renards l’évitaient, car ils trouvaient qu’il était très assommant, mais lui, n’arrivait pas à comprendre la raison de leur comportement à son égard.

Ainsi, un jour, lorsqu’ils étaient tous réunis entre les souches d’un châtaignier, il prit courage et décida de monter sur un tronc d’arbre pour faire un beau discours, et il se mit à parler :

                – je vous en prie mes amis les renards, accordez-moi un peu de votre attention, finalement moi aussi je suis un renard. Je ne sais pas pourquoi vous m’évitez, mais je sais, je vous le jure ! que j’ai un grand respect pour vous tous ! Et je n’ai jamais fait de tort à aucun d’entre vous, je vous demande donc très poliment de me prêter un peu d’attention. Puis, je voudrais… c’est une prière que je vous adresse…-

Quelques renards se mirent à bailler et d’autres manifestèrent leur agacement.

                – Je pense que… permettez-moi de vous dire que je passe beaucoup de temps à comprendre, tout comme vous, les choses de ce monde.

                Je sais, sans vouloir vexer personne, pourquoi il y a tant d’étoiles dans le ciel et comment elles contribuent à l’équilibre du monde et de l’univers tout entier ; le soleil est la seule étoile très proche de nous et il réussit à amener ses rayons jusqu’à nous, et les rayons sont la lumière ! Et je sais que la terre s’amuse à tourner autour du soleil et que c’est pour cela que la nuit arrive. Et il y a la lune ! Qui nous offre un peu de lumière quand il fait noir et parfois elle nous en donne même beaucoup. Comme si elle était un autre soleil ! Elle est plus petite que la terre et sa masse fait que la mer a la marée basse ou haute, de plus, son influence se reflète jusque…–

                Un renard se mit à bailler, bougonna quelque chose et s’ennuya.

                – Et je sais pourquoi l’eau de mer est toujours salée. Elle n’est qu’un ensemble de petites gouttes et dedans il y a les poissons qui nagent tout contents. Et je sais aussi comment sont nées les montagnes et pourquoi en hiver elles sont couvertes de neige et comment les arbres grimpent vers le ciel à partir d’une petite graine là dans la terre…–

                Quelques renards se mirent à bailler, d’autres s’ennuyèrent et quelques-uns partirent.

                – Mais regarde-moi ça ! Je ne comprends pas : je vous en prie ! Je ne dis que des choses utiles qui servent à nous faire mieux comprendre la vie et à nous rendre heureux !… Les arbres fleurissent pour donner ensuite tout un tas de fruits à plein d’animaux qui contribuent eux aussi à l’équilibre naturel dans lequel nous vivons et auquel nous participons dans le bien comme dans le mal…–

                Un renard bailla encore une fois, un autre s’ennuya et un autre partit.

                – Ecoutez-moi, nom de dieu ! : je vous dis des choses que vous n’avez jamais entendues et pour les apprendre, je me suis usé tous les poils des pattes à force de feuilleter des pages et des pages de livres et de livres ! Pour savoioioir ! Ce sont des choses utiles ! Pour mieux vivre !

                Nous pouvons sauver notre peau, nous mettre à l’abri du danger dans nos tanières ! Car j’ai découvert que quelqu’un commande les chiens quand ils nous poursuivent comme des fous : Je vous le jure : quelqu’un leur donne des ordres ! Et…–

                Quelques renards baillèrent et d’autres partirent.

                – Les chiens obéissent aux ordres de certaines personnes en échange un petit bout de pain et d’un peu d’abri…–

                Le dernier renard bailla, bougonna et s’ennuya… Puis, il ne resta plus personne ! Le renard resta tout seul sur son tronc !

                Seule une fouine était restée et avait écouté avec intérêt, en disant « oui, oui » avec des signes de la tête et en prenant même des notes.

                Le pauvre renard, se sentant tout seul, descendit de son arbre et, d’un air très triste, demanda à la fouine : – Pourquoi, pourquoi, sont-ils tous partis sans même m’écouter ? Je disais tant de choses utiles ! Et j’ai découvert, ce qui devrait les intéresser au plus haut point, pourquoi autant de chiens soudain se mettent à nous poursuivre ce qui donne les chocottes à tous les renards !

                La fouine cligna ses tout petits yeux, pointa son museau tordu vers le renard et dit : – Tu sais ! Tu sais ! Tu sais ! Tu sais ! Tu sais ! Mais que sais-tu ? Tu sais ce qui te plaît à toi, mais pas à eux ! Avec les renards tu ne dois parler que d’œufs et poules ! Ressaye demain : monte sur ton tronc et dis-leur que tu sais où se trouve un beau poulailler plein, archiplein de… oh ! de poules ! de poules, de poules…de poules !–

                – Des poules ? – demanda le renard d’un air stupéfié.

  • Oui ! des pouououles !!–
Se questo favola ti è piaciuto,condividerlo.

Articoli simili